Staline, portrait d’un tyran

Joseph Vissarionovitch Djougatchvili, ça vous dit quelque chose ? Gagné ! C’est bien de Staline, du mot russe staacier, qu’il s’agit. A l’heure où une campagne de réhabilitation du dirigeant de l’Union Soviétique, de 1922 à 1953, s’établit à Moscou à l’initiative de Mikhaïl Gorbatchev, la société Proserpine nous propose ce mois-ci un programme fort intéressant.Staline Il s’agit d’un film de Jean Aurel simplement intitulé « Staline a, qui trace le portrait, à partir d’images d’archives d’un des plus grands dictateurs que notre planète ait connu. A l’origine de ce film, l’œuvre de Boris Souvarine, écrivain soviétique en exil, qui dénonçait dès 1935 les atrocités perpétrées par le célèbre chef d’État. Tout commence en 1924 à la mort de Lénine. Celui-ci suggère de démettre Staline de ses fonctions de Secrétaire général du parti communiste d’Urss. Staline réussit à garder secret le testament et, habilement, paie des obsèques grandioses à l’initiateur de la révolution bolchevique. En 1930, c’est la famine en Urss et Staline installe la terreur. Plus de 30 millions de Soviétiques vont en faire les frais et disparaître sans qu’aucun pays occidental ne réagisse. Au même moment, Staline aide Hitler à prendre le pouvoir en Allemagne. C’est en 1937 que la campagne de terreur atteint son paroxysme avec les fameux « procès de Moscou». Les plus hauts dignitaires, les compagnons de Lénine, les savants, les écrivains, les poètes et tous les dirigeants de l’Armée Rouge sont exécutés. En 1939, Staline et Hitler signent le pacte germano-soviétique de non-agression puis un traité d’amitié. La Seconde Guerre mondiale commence. Pour la prise de Paris en 1940, Staline fait remettre à Hitler «les plus chaudes félicitations du gouvernement soviétique». En 1941, les chars allemands pénètrent en Urss, Staline change de camp et devient un des héros de la paix avec Roosevelt et Churchill. Le 3 mars 1953, Staline meurt. En 1956, Kroutchev révèle la vérité sur «le petit père des peuples». C’est la déstalinisation. Le film de Jean Aurel est remarquable du point de vue historique. Il a réalisé un travail prodigieux pour retrouver, sélectionner et monter toutes les images qui constituent ces 90 minutes de programme. Sur un ton proche d’un film de fiction, ce « Staline» est un document indispensable à posséder dans toute bonne vidéothèque.

Leave a Reply