Cannnonball 2

Cannnonball 2La, règle du jeu est simple : traverser les États-Unis le plus rapidement possible en évitant les flics qui vous guettent partout pour excès de vitesse. «Cannonball I» avait connu un phénoménal succès grâce à une formule très au point (et intellectuellement peu fatigante pour le spectateur !) : un cocktail humour-cascades automobiles. Hal Needham est un ancien directeur de… cascades passé à la réalisation avec des films comme «Cours après moi shérif» basés principalement sur les… cascades. Son «Cannonball» sera donc, avant tout, un film de … (a vous de trouver le mot manquant !). Sur la ligne de départ de la course, on retrouve à peu près les mêmes que dans le premier film… les copains : Reynolds, Martin, Sammy Davis Jr, Jackie Chan, Richard («Jaws») Kiel… et même Frank Sinatra passé par là en coup de vent. On s’est, de toute évidence, beaucoup amusé sur le tournage. Les scènes ratées du générique final le prouvent ! Cette revanche de la fameuse course transaméricaine a lieu parce que, au fond de son émirat, un cheikh arabe ne peut supporter d’avoir perdu la première manche. Les scénaristes ont trouvé le truc. Et les voilà tous repartis. Burt Reynolds et son mécanicien Dom de Luise – toujours prêt à se transformer en «capitaine Chaos» dans les situations difficiles. Pour déjouer les barrages et filer plus vite, ils se sont déguisés en général trois étoiles et ordonnance, dans une superbe limousine militaire. Les deux vilains de service (Sammy Davis Jr et Dean Martin), eux, ont enfilé la soutane. Les voies de Dieu sont impénétrables et beaucoup plus rapides. Il y a aussi deux super nanas dans une Lamborghini, une équipe japonaise dans une Mitsubishi bourrée de gadgets, le cheikh arabe, une poignée de mafiosi, deux fausses bonnes sœurs, un orang-outan conduisant une voiture de maître et bien d’autres concurrents farfelus. C’est dire qu’on ma pas beaucoup le temps de s’ennuyer dans cette course-poursuite qui reluque sérieusement du côté du burlesque !

Leave a Reply