Haine et amour chez Proserpine

Robert EnglundProserpine, l’éditeur de tous les dangers, vient d’acquérir les droits de « L’amour en France», la série télévisée qui a fait récemment scandale sur Antenne 2. En dix vidéocassettes, vous saurez tout sur la façon dont les Français vivent leur sexualité. Dans un autre domaine, réservé celui-là aux fans de frissons, Proserpine sort deux nouveaux épisodes inédits des «Cauchemars de Freddy», avec l’affreux Robert Englund, intitulés «Saturday night spécial» et « Mother day». Ne partez pas, il y en a encore! Deux nouvelles collections viennent enrichir le catalogue Proserpine. «Voyage, voyage» vous convie, en douze cassettes, à la découverte de l’exotisme et du merveilleux en Egypte, au Maroc, au Portugal… tandis que «Hors limite» vous entraîne aux confins de l’impossible et du spectaculaire. Sur les dix cassettes disponibles, quelques titres évocateurs : «Monster truck», «Car crash», «Raid Transamazonie». Toutes ces merveilles ne coûtent que 119 francs l’unité. Alors, pourquoi se priver. D’autant que, lors du dernier Festival de Cannes, cette même société a signé les droits vidéo de «Ripoux contre ripoux» de Claude Zidi, gros succès en salles cette année. Sortir prévue début 1991.

Douglas en poche

Après Harrison Ford, Mickey Rourke, Sean Connery et Tom Cruise, c’est au tour de Michael Douglas de faire l’objet d’une superbe biographie de Jean-Jacques Jelot-Blanc, publiée dans la collection Stars à la une aux Editions Sévigny. Vingt ans après son célèbre père Kirk, Michael Douglas a commencé sa carrière dans le cinéma en tant qu’assistant réalisateur. Sa première production, «Vol au-dessus d’un nid de coucou», lui a valu un premier Oscar. Mais c’est en devenant comédien qu’il a accompli l’exploit de devenir aussi célèbre que son père. En 1988, il a décroché l’Oscar du meilleur acteur pour «Wall Street». Chronique d’un succès annoncé…

Leave a Reply