Vidéo folies à Maisons-Alfort

Saluons l’ouverture d’un important vidéoclub dans le Val-de-Marne, Vidéo folies à Maisons-Alfort. Dirigé par deux spécialistes de la vidéo, ce nouveau point de vente devrait connaître rapidement un essor important. Le magasin est ouvert 7 jours sur 7, même les jours fériés, et dispose d’un parking client de 500 places. Très bien situé, Vidéo folies dispose d’un stock de 1200 titres (VHS exclusivement), loués au tarif journalier de 15, 20 et 25 F, selon les films. L’adhésion annuelle est de 250 F et il n’est pas exigé de caution à la sortie des cassettes. Autres services : la location de matériel, notamment de lecteurs vidéo au prix de 70 F la journée, et la diffusion en tant que distributeur agréé du magazine Projextion privée, le seul journal consacré à la vidéo hard. Notez bien l’adresse : Vidéo folies, 9, avenue de la République, 94700 Maisons-Alfort. Tél. : 376.77.16.

Premiers scopes soviétiques

C’est fait. Avant la fin de l’année, les premiers magnétoscopes fabriqués en Urss, sous licence japonaise Panasonic, sortiront d’une usine située à quelques kilomètres de Moscou. On trouve déjà des magnétoscopes japonais au marché noir pour 4 000 roubles, soit 40 000 francs, car la demande est très forte au pays de la vodka. Pour les programmes, l’édition est encore restreinte, mais on annonce le lancement d’une série de films et de programmes musicaux très prochainement.

Passez au rouge !

Le Winkie arrive en France. Vous savez, c’est cette petite puce électronique en forme de badge, pendentif ou boucle d’oreille qui fait fureur en ce moment aux États-Unis. Ses deux yeux clignotants (un rouge et un vert) sont actionnés simultanément ou ensemble par un système de pression aux quatre coins de l’appareil. Quand l’œil vert clignote ça signifie «je suis en pleine forme», quand le rouge clignote c’est «attention, je n’ai pas envie de communiquer» et lorsque les deux clignotent, c’est plutôt « je n’ai pas encore pris de décision». Ces signaux lumineux ont des significations différentes selon les endroits. Au cinéma, vert c’est «j’aime le film» et rouge c’est «je déteste le film». Vous imaginez les différentes combinaisons possibles. Ce gadget est distribué en France par Soft-Sea Green et est disponible au Multistore Hachette Opéra, les Drugstores, les gares, les aéroports, etc. pour 89 francs TTC.

L’audiovisuel au service des enfants

La première exposition vidéo pour les enfants, Vidéo-brut, se tient actuellement au Centre Georges Pompidou, galerie d’animation du Forum, et ce jusqu’au 27 juillet 1985. Conçue par l’équipe audiovisuelle de l’atelier pour enfants, elle permet de créer des images en s’amusant et de découvrir la vidéo à travers diverses expériences. Exposition itinérante à travers la France et l’Europe, elle sera l’occasion de la sortie d’un livre-album sur la vidéo pour les adultes, d’un livre pour les enfants sur les 100 façons insolites de détourner la caméra vidéo de la famille, d’une bande vidéo créée à partir des animations de l’atelier des enfants et enfin d’une rencontre avec la presse et les responsables culturels concernés sur le thème «La vidéo pour quoi faire ?»,le 8 juin 1985. Pour tous renseignements, s’adresser au Centre Georges Pompidou, atelier des enfants, 75191 Paris Cedex 4. Tél. : 277.12.33.

Le guide Dicophoto

Le Dicophoto, c’est un guide en 32 pages qui explique de façon très simple tout ce qu’il est possible de faire avec vos photos : les posters, les retirages, les tirages sans négatifs, etc. Ce guide est disponible gratuitement dans tous les laboratoires lko, spécialiste en photographie. Dans ce fascicule se trouve un bulletin de participation à un grand concours qui vous permettra de gagner plus de 100 000 francs de prix. Alors, bonne chance…

CollextionCollextion privée : le hard absolu

Cet été 85 marque la naissance de Collextion privée, une nouvelle collection de prestige qui nous promet le «hard en première classe» : c’est tout un programme qui, d’après ce que nous en savons, sera respecté. Les grands films américains – et par la suite d’autres pays producteurs de hard – sont sélectionnés selon des critères qui ne peuvent que nous satisfaire : qualités esthétiques et hard au maximum, scénars bien ficelés et comédiennes bien balancées. C’est beau, c’est bien présenté, et ça se vend par correspondance, ni vu ni connu, on peut fantasmer chez soi, qu’on habite le 16ème arrondissement ou le Larzac. Collextion privée collabore au rajeunissement du hard, en jouant sur le new-look : du style et des idées. Et ça commence avec la pub : un visuel, un look digne des grandes pubs commerciales. On est loin, ici, des brouillons crapoteux : l’élément choisi est le ciel d’azur, sans doute pour atteindre plus vite le 7ème (ciel, évidemment). Ensuite, nouveauté exclusive, on trouve dans la cassette un petit dépliant où, en quelques photos (couleur) grand format, on découvre l’essentiel du film qu’on vient d’acquérir. De quoi mettre l’eau à la bouche des copains invités pour se rincer ou des copines réticentes. Et ça continue, parce que le choix des films ne laisse pas à désirer : superproductions, stars, les premiers titres sont des succès aux États-Unis, premier pays producteur et consommateur de films pour adultes. Faites confiance à cette nouvelle collection qui vous évitera les déboires des mauvais choix et les mauvaises surprises des produits de second ordre. Chaque film de la collection est testé sur un public composé de vidéo spectateurs et spectatrices au moins aussi exigeants que nous pouvons l’être, vous et moi. A suivre avec beaucoup d’intérêt et encore plus de plaisir. Tous ces efforts réels pour présenter du hard de première qualité mérite qu’on s’y attarde, et qu’on encourage tous ceux qui, comme Collextion privée, ne choisissent pas la facilité pour satisfaire les amateurs de plus en plus exigeants. Et les titres annoncés pour la suite méritent vraiment l’arrêt sur image.

En FM et en vidéo

Chaque jour sur Radio Laser (88,5 FM), Marc Malouy organise à 18 h un grand jeu qui peut vous faire gagner de nombreuses cassettes préenregistrées du catalogue Proserpine («Le vieux fusil», «Josépha», «Une femme à sa fenêtre», etc.) ainsi que des cassettes vierges de quoi vous en mettre plein la vue… entre les oreilles.

2e Grand prix du public

Sorti de son silence, depuis quelques années, le public du petit écran est aujourd’hui de plus en plus sollicité et l’attention que lui portent les «fabricants d’images» est de plus en plus grande. Pas un jour sans qu’un sondage d’écoute ou d’opinion ne paraisse. Au niveau littéraire, cinématographique, plus largement culturel et simplement commercial, toute activité est devenue spectacle et la multiplication des prix attribués par le public est bien la preuve que ce spectacle tous azimuts a besoin de descendre dans la rue pour trouver sa pleine réalité. Le Grand prix du public est né de cette idée, mais aussi d’une passion, celle du spectacle justement. Résultat, 75000 visiteurs de la Foire de Paris ont accepté de passer une demi-heure au stand du 2e Grand prix du public, du 27 avril au 8 mai, pour élire leur spot publicitaire et leur émission de télévision préférés. Le résultat de cette grande consultation étonnera certains, en réjouira d’autres et agacera sûrement quelques uns. Là aussi la règle du jeu a été respectée jusqu’au bout.

Coffrets dépannages

La société Genica (Générale industrie de câblage) s’est spécialisée depuis de longues années dans la fabrication d’accessoire micro-informatique et vidéo. Viennent de s’ajouter à un catalogue déjà fourni deux coffrets de dépannage vidéo très complets que les bidouilleurs apprécieront. Vendus 450 francs pour le plus simple et 1 300 francs pour le plus élaboré, ces coffrets sont disponibles chez Genica, BP 40, 03400 Yzeure. Tél. : (70) 43.85.40.

Jaquettes pirates

Jaquettes piratesC’est l’une des plus importantes affaires de piraterie découvertes ces dernières années. Plus de 6 m² de matériels divers, une TV couleur, six magnétoscopes, un amplificateur monté en série et surtout plusieurs milliers de boîtiers, 25 000 jaquettes autocollantes de 50 films ont été saisis dans un atelier clandestin de Bobigny. Les trois faussaires ne sont pas des amateurs ; ils ont déjà été condamnés pour attaque à main armée et fabrication de fausse monnaie. Ils ont avoué qu’ils se livraient à la piraterie vidéo depuis près d’un an et qu’ils avaient déjà écoulé plusieurs milliers de cassettes à des particuliers et à des vidéoclubs.

Maintenant ou jamais

Soucieux du fait que les vidéoclubs puissent étoffer et rajeunir leur stock de cassettes, CBS-Fox Vidéo et Alliance proposent à ceux-ci d’acquérir vingt-sept titres au prix très compétitif de 390 francs TTC à partir de cinq et 350 francs TTC à partir de dix. Sous le label «Maintenant ou jamais», cette opération concerne des films aussi prestigieux que «Les chariots de feu», «Les trois jour du Condor», «Bienvenue Mr Chance», etc. Signalons enfin que l’achat minimum est de cinq cassettes et qu’une cassette bande-annonce de CBS-Fox Vidéo est offerte pour l’achat d’au moins dix cassettes.

Mieux jouer au tennis

Les plus grands entraîneurs américains membres de l’United states tennis association, dont Dennis Ralston (meilleur entraîneur en 1983), se sont mis à votre service pour construire et améliorer votre tennis. Spécialement conçu pour un enseignement par l’image (des repères de couleur facilitent la recherche), «Mieux jouer au tennis» est un programme de référence que le joueur peut visionner régulièrement pour retrouver le geste « parfait » et améliorer réellement son jeu. Vendue 295 francs TTC, «Mieux jouer au tennis» est disponible chez Télé France Vidéo Club, 176, rue Montmartre, 75002 Paris. Tél. : 236.04.26.

Voyage en Thaïlande

Voyage en ThaïlandeA l’initiative de Francis Caussou, Pdg de DCG, un voyage en Thaïlande a réuni, du 24 mai au I er juin, les professionnels de la vidéo. En effet, une quarantaine de participants se sont retrouvés le 24 mai pour un voyage en Thaïlande. Des vidéoclubs, représentatifs de la région parisienne, la Bretagne, le Nord et l’Est, des éditeurs : Thorn, GCR, RCV, etc. C’est Cert Voyages qui a organisé avec une précision d’horloger le déroulement des nombreuses festivités : visite de Bangkok, les temples, la ville, les canaux… Expédition au nord de la Thaïlande à Chieng Mai, avec des tables rondes organisées par DCG. Il fut notamment question des différents problèmes qui touchent la vidéo : taxe sur les magnétoscopes, contrat de location, prix de location de la K7, etc. L’utile étant joint à l’agréable, le séjour se terminait à Pattaya, ville balnéaire du sud de la Thaïlande. Cette heureuse initiative est à souligner d’autant plus que dans le monde morose de la vidéo, DCG prouve que la profession reste dynamique et aime à échanger des idées même à l’autre bout du monde. A noter également l’aimable participation des publicitaires de Sony, GCR, Delphine, Virgin, Château, etc.

USA, panne de K7

Aux États-Unis, les magnétoscopes se vendent actuellement comme des petits pains. Mais un problème important risque d’apparaître d’ici la fin de l’année. Les fabricants de cassettes vierges ne veulent pas augmenter leur production, accusant les détaillants de pratiquer des prix trop élevés. Quand on sait que plus de 120 millions de cassettes vierges devraient être achetées en 85, on se demande si les vidéophiles américains pourront enregistrer leurs programmes favoris.

Nouvelle usine SONY

usine SONYSony Corporation a annoncé aujourd’hui à Tokyo que sa filiale Sony France SA va construire une nouvelle unité industrielle en Alsace à Ribeauville, pour fabriquer des lecteurs de disques compacts ainsi que la partie électronique des magnétoscopes vidéo 8 mm. Sony sera ainsi la première entreprise japonaise à produire des platines à lecture laser et du 8 mm vidéo à l’extérieur du Japon.

M. Caillot Président du GIEL

M. Jean Caillot, 48 ans, Directeur général adjoint de Thomson International, vient d’être nommé Président du Groupement des Industries Électroniques (GIEL) qui réunit les différents syndicats professionnels.

Dossier Thorn Emi

Thorn Emi a frappé fort pour cette rentrée. Outre la série de programmes de grande qualité proposés ce mois-ci, cette société a envoyé à ses vidéoclubs clients un dossier fort bien fait. Il contient les jaquettes des nouveautés, des fiches produits, une série d’opérations spéciales, des conseils de commandes et de gestion et un matériel conséquent de PLV (autocollants, affiches, sacs plastique, etc.).

Michel Baroin Pdg de la Fnac

Michel BaroinLe Conseil d’Administration de la Fnac, qui réunissait pour la première fois ses nouveaux membres depuis la cession par les Coop de ses parts à la GMF et au groupe anglais Habitat Mothercare, a nommé Président directeur général, Monsieur Michel Baroin. Docteur en Droit, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, Michel Baroin est âgé de 54 ans. Il est président de la Garantie Mutuelle des Fonctionnaires (GMF) depuis 1974. Il succède à Roger Kérinec, Président de la Fnac depuis deux ans, à qui le Conseil d’Administration a unaniment rendu hommage.

Une mine d’or

Le Département de la Phonotèque Nationale et de l’Audio-visuel de la Bibliothèque Nationale, reçoit le Dépôt légal des phonogrammes depuis 1940, des vidéogrammes depuis 1975 et celui des films cinématographiques depuis 1977. Ces dépôts réguliers des différentes éditions, y compris des importations, sauf pour le film, constituent un fonds encyclopédique et la source la plus exhaustive de documentation, actuellement disponible en France. Chaque année, elle reçoit : — 13 000 phonogrammes (disques,. cassettes, disques compacts…) — 1 500 vidéogrammes commerciaux et institutionnels — 1 200 documents multimédia — 1 300 films cinématographiques. L’idée est de mettre à la disposition des professionnels (disquaires, médiathécaires, éditeurs, journalistes…) toute la richesse d’informations contenue dans ces documents.

Pack etcadeau chez Fast Vidéo

Inflation sur les prix ? Pas chez tous les éditeurs. Pour sa part Fast Vidéo a choisi d’ajuster ses tarifs pour le Salon de la vidéo afin de permettre aux vidéoclubs de «faire leur marché» avec de bons produits sans mettre en péril leur trésorerie. Ainsi Fast Vidéo propose un pack de deux bonnes cassettes pour 890 francs seulement. Il s’agit de films de qualité qui doivent tourner à une bonne cadence. D’une part une comédie satirique de René Gainville : «L’associé» avec Michel Serrault, Catherine Airic et Claudine Auger (l’histoire d’un homme d’affaires timoré qui s’est inventé un associé fictif). Et au choix «Les traqués», polar de Serge Leroy avec Jean-Louis Trintignant et Mireille Darc, ou «Papa les p’tits bateaux» comédie de Nelly Kaplan avec Pierre Mondy, Sheila White et Michel Bouquet, qui conjugue la cocasserie et l’humour acide dans une histoire policière assez peu conventionnelle. Par ailleurs, Fast Vidéo offrira un guide Brandt-PPO aux trente premiers vidéoclubs qui passeront commande du pack pendant le Salon de la vidéo (stand Victory). Avis aux vidéoclubs…

Création d’une chambre syndicale

Le 26 juin 1985, les sociétés d’édition et de distribution de vidéogrammes dont les noms suivent, ont décidé la création d’un syndicat professionnel qui a pris le nom de Chambre Syndicale de l’Edition Audiovisuelle. Les membres fondateurs sont : — CIC – 3M France vidéo, — Parafrance Vidéo, — UGC Vidéo, — CBS – Fox Vidéo, — Gaumont, — RCA Columbia, — AMLF, — RCV, — LGV. Le syndicat est ouvert à l’ensemble des professionnels de la vidéo, sans exclusive, et, d’ores et déjà, un certain nombre de sociétés, parmi lesquelles des sociétés majors américaines, ont fait part de leur intention de rejoindre les membres fondateurs. L’objet du syndicat est de défendre, dans le respect des lois et des réglementations en vigueur, les intérêts, et notamment les intérêts économiques et commerciaux de l’édition et de la distribution vidéo. L’action syndicale, en particulier auprès de l’administration, s’effectuera à travers un comité de liaison permanent vidéo-cinéma regroupant le Blic et la Chambre Syndicale de l’Édition Audiovisuelle. Le syndicat s’est fixé, à l’unanimité, deux missions prioritaires :

La lutte contre la piraterie, en liaison avec l’administration et la Fédération nationale des distributeurs de films.

La baisse des taxes qui pèsent actuellement sur la profession (taxe sur la valeur ajoutée et redevance magnétoscopes). Des rendez-vous vont être pris, sans tarder, avec le Blic auprès des pouvoirs publics afin d’entamer des discussions portant sur les deux points reconnus comme prioritaires par les membres du syndicat. Les membres fondateurs ont procédé à l’élection d’un comité de direction présidé par Monsieur PebyGuisez et composé des personnes suivantes : — M. Paternot — M. Schmidt — M. Hamon — M. Balan La gestion courante du syndicat sera assurée par un Délégué Général, Monsieur Goeusse.

Dangereusement vôtre

Dangereusement votrePléiade d’étoiles pour le dernier James Bond, «Dangereusement vôtre». L’inamovible Roger Moore dans le rôle de 007 a cette fois pour alliée de charme et de choc Tanya Roberts. Le Mal a pris les traits de Christophe Walken (alias Max Zorin, mutant aux funestes projets) et de Grâce Jones, belle et cruelle (dont c’est le premier véritable rôle cinématographique). Au générique figure également Patrick Macnee qui interprète comme à son habitude un membre des services secrets britanniques. Toutes ces stars ont évolué « dangereusement » sous la direction de John Glen qui en est à son troisième James Bond. Enfin la musique du générique, «A view to a kilt» titre original du film est signée Duran Duran.

The boys next door

The boys next door

De Penelope Spheeris.Un film dur et sans concession sur deux adolescents qui «s’amusent» à assassiner les gens qu’ils croisent, par pur désœuvrement.

Echo park

Est l’œuvre de Robert Dornhelm qui signe là son premier film de fiction (après s’être fait connaître par des documentaires souvent brillants comme «Shedance salone»). On retrouve Tom Hulce, le Mozart d’Amadeus, transformé pour la circonstance en… vendeur de pizzas. Avec également Susan Dey, Michael Bowen et le jeune Christopher Walker. Le tout sur une musique supervisée par Bill Wyman, bassiste des Rolling Stones. Echo Park est l’histoire de la solidarité entre trois êtres devant les difficultés qu’ils rencontrent pour réaliser leurs rêves respectifs.

Fletch

De Michael Ritchie, avec Chevy Chase. Un journaliste haut en couleurs mène une enquête sur un trafic de drogue.

Touché !!!

Film de Jeff Kanew avec Anthony Edwards et Linda Fiorentino. Etudiant-vétérinaire, Jonathan excelle dans un jeu appelé «Gotcha» (touché) : le but est d’atteindre son adversaire avec une cartouche de colorant projetée par un pistolet à air comprimé. Par amour il se retrouve plongé dans une rocambolesque affaire d’espionnage. Jonathan devra montrer qu’il est effectivement imbattable au «Touché».

Dim Sum

— A little bit of heart de Wayne Wang. Un film plein de tendresse et d’humour sur la vie quotidienne d’une famille d’immigrés chinois vivant à San Francisco.

Back to the future

De Robert Zemeckis.La dernière production à succès de Steven Spielberg. Un teenager, grâce à une machine à remonter le temps, se retrouve en 1955… Il va être amené à jouer l’entremetteur entre ses futurs parents afin de pouvoir revenir en 1985…

Twice in a life time

De Bud Yorkin avec Gene Hackman, Ellen Burstyn et Ann-Margret. Un homme de cinquante ans quitte sa femme et sa famille.

All of me

(Solo pour deux) de Carl Reiner, avec Steve Martin et Lily Tomlin. La nouvelle comédie du tandem des «Cadavres ne portent pas de costard». Steve Martin est amené à partager son corps avec celui d’une milliardaire excentrique.

Perfect

Film de James Bridges, réalisateur de «Mike Murder» (1982), du «Syndrome chinois» et de «Urban cow-boy» (dans lequel John Travolta était également la vedette). Avec la somptueuse Jamie Lee Curtis qui incarne un professeur d’aérobic. Un reporter de «Rolling Stones Magazine» enquête à la fois sur une affaire judiciaire défrayant la chronique et sur le «boom» des clubs d’aérobic.

1918

De Ken Harrison. Pendant la Première Guerre mondiale, la chronique quotidienne d’une petite ville du Texas et de ses habitants.

The man with one red shoe

(L’Homme à la chaussure rouge) de Stan Dragoti, avec Tom Hanks et Lori Singer. Après «La Femme en rouge», voici la version américaine du «Grand blond avec une chaussure noire ».

Prizzi’s honor

De John Huston avec Jack Nicholson et Kathleen Turner. Un tueur à gages tombe amoureux d’une femme qui exerce la même «profession» que lui ! Une comédie étrange et cruelle signée par un des derniers «grands» du cinéma américain.

Latino

De HaskellWexler. Eddie Guerrero, ancien béret vert, est envoyé en mission en Amérique Centrale, pour le compte de la CIA. Il va être amené à se remettre en cause…

Alamo bay

De Louis Malle avec Ed Harris et Amy Madigan, qui aborde cette fois-ci le problème du racisme, en retraçant le conflit qui oppose quelques réfugiés vietnamiens à une communauté de pécheurs dans le Texas à la fin des années soixante-dix.

The goonies

De Richard Donner, produit par Steven Spielberg. Un groupe d’enfants part à la recherche d’un trésor caché. Un film d’aventures bourré d’humour et d’inventions…

Catholic boys

De Michael Dinner, avec Donald Sutherland. Dans les années soixante, la chronique de quelques adolescents qui font leurs études dans un collège catholique.

Desert hearts

De Donna Deitch. Dans les années 50, à Reno, dans le Névada, deux femmes se lient d’amitié au beau milieu du désert. Leurs vies en seront bouleversées.

Breakfast club

Premier film de John Hugues distribué en France (Sixteen candies est resté inédit). Avec une musique signée Keith Forseyet le méga-hit de Simple Mind «Don’tyou» composé pour la circonstance. Cinq collégiens américains «collés» tout un week-end vont être amenés à oublier leurs différences sociales pour découvrir la personnalité véritable de chacun.

Grundig, une nouvelle gamme de téléviseurs antichocs

Grundig Le maillet s’abat sur un des côtés du téléviseur. L’auteur de ce geste pour le moins incongru jette alors un coup d’œil sur le poste. Malgré le choc, l’image n’a pas bougé d’un pouce. Le téléviseur peut donc continuer sa route sur la chaîne qui le mènera peut-être un jour (qui sait?) jusqu’à votre salon. Nous sommes à l’usine Grundig de Creutzwald, créée en 1969 pour répondre aux exigences télévisuelles françaises (à savoir la production d’appareils à la norme Sécam). Cette usine, l’un des cinq sites du groupe hors RFA, passe aujourd’hui en vitesse de croisière avec une prévision de 550 000 téléviseurs produits pour 1990-1991. Cette progression de 30 % est la conséquence logique des investissements importants engagés, depuis quelques années, en matière de robotisation et d’automatisation des chaînes. En 1977, 1 500 personnes fabriquaient 600 postes en une journée. Aujourd’hui, 840 personnes en produisent 2 500. «Nous allons plus vite, précise Werner Thimmig, directeur général de l’usine, mais surtout nous proposons des produits de plus en plus fiables». A chaque étape du montage, un contrôle- détecte la moindre défaillance du téléviseur qui part aussitôt en réparation. «Cette vigilance incite à dire que dès qu’ils sortent d’ici, les téléviseurs n’existent plus pour nous.

Ils ne reviennent jamais en révision ». Cette fiabilité fait que l’usine de Creutzwald fabrique également des téléviseurs pour Blaupunkt et Siemens. De l’assemblage des composants électroniques à la mise sous tension, le cycle dure d’une heure et demie maximum, pour un téléviseur haut de gamme, à vingt minutes pour un petit écran (trois heures et demie étaient nécessaires il y a quinze ans). Le résultat de cette débauche d’énergie et de compétence, c’est tout d’abord une gamme très complète de téléviseurs dont le joyau est sans nul doute le M55-911 « désigné» par Porsche. Ce sublissime téléviseur possède une vitre teintée antireflets, fabriquée grâce à une technique utilisée jusqu’ici uniquement pour les verres de lunettes. Son pied a été conçu de telle sorte qu’une inclinaison verticale de l’écran assure un angle de vision optimal quel que soit l’emplacement de l’appareil (prix : 15 000 francs). Moins prestigieux mais beaucoup plus pratique, le P 25-449/12 possède un écran plat de 25 cm à coins carrés. Idéal pour le bureau ou la caravane (3 800 francs). Mentionnons également le TV Combi 7000 Euro qui peut contenir à sa base un magnétoscope de n’importe quelle marque. Il est équipé d’une fonction «veille» qui éteint automatiquement le téléviseur 10 minutes après la fin des émissions (8 000 francs).

Enfin, dans le cadre du projet européen de la TVHD, Grundig a été chargé de développer un convertisseur numérique pour la reproduction sans scintillement de signaux TVHD. En clair, cela permet de regarder la télévision sans se fatiguer les yeux. Cette technologie du «double balayage» a déjà trouvé une application grand public et devrait s’étendre à toute la gamme des téléviseurs géants Grundig. Au rayon caméscopes, signalons le VS 8300 8 mm, l’un des caméscopes les plus légers et compacts qui soit. Au final, une gamme d’appareils qui devrait satisfaire tous les amoureux de l’image. Et surtout les plus exigeants…